ACCRORUN VILLEPREUX

Le forum des passionnés de la course à pieds

Vous n'êtes pas identifié.

#1 28-08-2007 01:09:39

The Coach
Modérateur
Date d'inscription: 04-10-2006
Messages: 429
Site web

extrait du forum UTMB ; ça pourrait vous servir, à lire attentivement

uteur : Vieux Loup {The coach}
bonjour à tous,
Finisher en 2005 et en 2006 en 35h30, je suis depuis cette date complètement hs.... les 15 jours qui ont suivi la course ont été très bien, je me sentais au top et puis à commencé une longue descente aux enfers .... plus aucune envie de courir, plus aucun goût pour toute activité sportive quelque soit... un an après, voici le bilan : je ne cours plus depuis 3 mois et ne fait rien d'autre comme activités physiques et je n'ai aucune envie de reprendre...
de janvier à mai, je courais avec bcp de mal une ou deux fois par semaine en m'y obligeant ... le toubib diagnostic une dépression... total, je suis sous anti- depresseurs depuis... Est-ce dû à une overdose de sport ? car en 2006, je n'ai pas ménagé la bête ! j'aurai 42 ans en déc et je me suis pré-inscrit pour l'édition 2008, en éspèrant que cela va me remotiver ... si l'un d'entre vous a connu cette manifestation, merci de me donner qq pistes pour m'en sortir...
En attendant, je vous souhaitent à tous une très belle course et attention à ne pas dépasser vos limites....


          17 Réponse(s)   

Re : attention à vous - 21/08/2007 ; 14:45
      Auteur : JFFcantal
Je viens de tomber sur ton message et je vais essayer de te rassurer ...
Tout d'abord dis toi bien que tu n'es pas le seul dans ce cas. Je me suis pas mal retrouvé dans ton histoire (nous avons le même âge, je ne cours pas l'utmb 2007 mais je me suis préinscrit pour l'édition 2008) et je suis persuadé que beaucoup d'autres coureurs sont confrontés à ce genre de situation notamment après avoir couru des épreuves comme l'UTMB.
Je ne suis pas psychologue et chaque expérience est unique mais au moins je peux te transmettre mon témoignage.
J'ai toujours fait en dilletante de la course à pieds. Mais il y a 3-4 ans j'ai décidé de m'y mettre sérieusement dans un but de progression. L'année 2005-2006 a été très bonne : un record à 2h36 au marathon, quelques victoires en trail et cerise sur le gâteau l'UTMB où pour une première expérience de ce genre de course je finis plutôt bien dans les 40 premiers en 26h. 
Et puis là, tout se gâte : une période de récupération, pas d'objectif "motivant" dans les mois à venir et puis surtout la question : "et maintenant ? " "quoi faire ?" "à quoi bon ?"
J'ai coupé pendant l'automne puis je suis revenu avec quelques trails hivernaux. Je pensais me relancer avec le challenge Salomon et patatras au trail de chevreuse, alors que j'étais dans les premiers, je rate une balise et je me perds. Et là, fini, dégouté, j'ai complètement arrêté (sans un seul entrainement !!!) pendant pratiquement trois mois.
Comme toi, plus envie, plus de motivation et une remise en question de toute cette pratique sportive.
Aujourd'hui, je reprends progressivement et je retrouve le goût et l'envie.
Voilà ce que je pense de tout ça :
Tout d'abord, je suis persuadé que le corps et le mental envoient des signaux et qu'une démotivation est une forme de signal d'alarme qui peut être salutaire. Une préparation à l'UTMB est très prenante physiquement et moralement. Peut-être avais-tu créé un déséquilibre dans ton corps et dans ta vie.
Ensuite je pense que ces moments peuvent être l'occasion de réfléchir sur le pourquoi de notre pratique, sur les motivations qui nous poussent à nous entrainer parfois durement pour courir des courses encore plus dures. Dans mon cas je me dis que ma démotivation tient probablement dans le fait que ma motivation n'était pas "saine" ou "sereine".
J'étais sûrement dans le besoin conscient ou inconscient de me prouver des choses ou pire de prouver des choses à d'autres autour de moi, de rechercher une certaine reconnaissance. Dans ce cas effectivement, une fois des objectifs de résultats obtenus, quoi faire ? S'entrainer comme une mule pour faire un peu mieux ? Avoir son nom et sa photo dans le journal ? Etre la fierté de son quartier ? Tout cela n'a pas vraiment de sens (surtout à nos âges !!!). 
Je pense donc que c'est en réfléchissant au sens de ta pratique que tu trouveras la solution.
Pourquoi cours-tu ? Quel plaisir y trouves-tu ? N'es tu pas dans une spirale du toujours plus ou toujours mieux pour te prouver des choses ou par besoin de reconnaissance ? IL y a beaucoup de coureurs qui font du sport simplement pour se retrouver entre copains, pour voyager, pour se maintenir en forme sans autre prétentions. Viser des épreuves comme l'UTMB c'est autre chose, qu'y recherchons nous ?
Personnellement. je retrouve, depuis quelques semaines, tout simplement le plaisir : plaisir auparavant perdu dans des entrainements difficiles et trop "forcés" ou dans des objectifs de résultats qui me mettaient la pression. Plaisir fondamental de la course à pieds : se sentir bien dans son corps, dérouler des kilomètres dans de beaux paysages. Je sens déjà que l'envie de retrouver un bon niveau va venir, mais je sais que je m'entrainerai plus raisonnablement : de façon plus variée en sachant renoncer en cas de fatigue en en faisant moins et en écoutant plus mes sensations. Et je suis sûr que cela n'entrave pas les progrès, au contraire! Je vais peut-être faire des courses que je ne connais pas, sans trop d'objectifs : pour le PLAISIR.
Essaie de recourir tranquillement dans de beaux endroits que tu ne connais pas. Si l'envie revient, refais quelques petites courses que tu n'as jamais faites. Sans objectif de résultats, simplement pour découvrir de nouveaux coins et pour te retrouver dans une bonne ambiance.
Bon courage et peut-être à bientôt sur l'UTMB 2008 ???


Re : attention à vous - 21/08/2007 ; 15:07
      Auteur : Vieux Loup {The coach}
OUI, merci à toi JFFcantal ... Je me retrouve tout à fait dans tes propos et cela me rassure de ne pas être le seul dans ce cas... j' ai aussi craqué à Chevreuse en avril prenant le départ et faire demi-tour au bout du 3ème kilo..., 
Chercher à tjrs faire plus pour prouver aux autres et à soi-mm que l'on est tjrs dans le coup.... Je vais essayer de suivre tes conseils et repartir sur d'autres bases.. plus seines cette fois.. merci à toi l'ami et peut-être sur une course sans objectif ds les mois à venir .. tout est dit dans ton post : après quoi ou pour qui courront nous autant ? qu'est-ce qui nous motivent tant ? et que faire maintenant comme course extrême ? sans comparaison, qu'est-ce qui peut bien motiver UN Serge Girard ou les types de son éspèce ? tant de question ? y at-il un psy parmi vous ? ;-))


Re : attention à vous - 21/08/2007 ; 15:44
      Auteur : samontetro
Je suis très loin de vos performances mais vos écrits me rapellent un article lu récement dans le hors-série d'esprit trail: le surentrainement qui conduit lentement et insidueusement a un état de fatigue avancée et a un état dépressif. Je dirais, lève le pied le temps qu'il faudra, fait toi des sorties off sans aucun autre objectif qu'une balade avec des potes dans un cadre sympathique!
Je suis un habitué des milieux de pelotons parce que je n'ai pas envie de m'entrainer quotidiennement. J'aime partir en rando-course après avoir concocté un bel itinéraire sur la carte topo (une sortie de 3 à 8h par semaine) en m'arrêtant 1/4 d'heure pour observer des bouquetins! Je fais aussi un peu de fractio (1 seule fois par semaine). Juste pour pouvoir faire une course sans souffrir et y prendre un max de plaisir. Et c'est ainsi que je conçois ma participation a l'UTMB: une invitation par les organisateurs a partager un bout de leur passion, a découvrir tout ces chemins/paysages qu'ils on savament sélectionné pour notre plaisir a tous! Le classement n'a pas d'importance même si une bonne performance me fait toujours plaisir (c'est la cerise sur le gateau).
Essaie pendant quelques temps d'oublier la performance et de favoriser le plaisir de courir (choix des itinéraires, simplement courir avec des potes plutot que s'entrainer avec des potes) et tu retrouveras l'envie de te ré-entrainer sans doute plus intensément pour revenir a ton meilleur niveau ensuite.
Il y a aussi des forums sympa ou chaque course est l'occasion de rencontrer d'autres sportifs passionnés avant la course et après. Je sais pas si je peux citer ici le nom mais de se retrouver une grosse bande de kikoureurs (bon je l'ai dit) sur chaque course c'est déjà un vrai bonheur et une motivation pour s'entrainer!


Re : attention à vous - 21/08/2007 ; 16:12
      Auteur : Jacques P. {http://mcjaume.canalblog.com}
Toujours pour ajouter de l'eau au moulin, quelques bouts de mon histoire :
J'ai couru mon premier marathon en 99 (à 35 ans). Puis plus rien, problèmes de santé (aux yeux !), gros boulot...deux inscriptions au marathon de Paris sans même prendre le départ !
Puis, en 2003, à force de me secouer, une course (20km de Paris). 
2004, moyen...
2005, une bonne année
2006, galères et tourisme
2007 un bon chevreuse et un CCC dans 68 heures, avec la niaque.
En 2008, je mettrai l'accent sur l'escalade, surtout pas sur l'UTMB (2009 peut-être ?)
Statistiquement (y compris ailleurs qu'en course à pieds), je fonctionne nettement sur un cycle de deux ans. Le tout est de ne pas se laisser piéger, profiter de l'année d'assimilation pour faire autre chose, laisser la machine assimiler les efforts et la concentration - même si à mon niveau, la formulation pourrait prêter à sourire, et trouver d'autres "projets structurants" pour se motiver.
Un dernier mot : un seul des astronautes ayant marché sur la lune n'a pas fait de dépression à son retour sur terre (Neil Armstrong). Tous les autres y ont eu droit : les psys appellent ça le "syndrome d'accomplissement total", je crois.


Re : attention à vous - 21/08/2007 ; 17:11
      Auteur : domsim
Bonjour je viens de lire ton post, et je dois dire que c'est pour moi une mine d'infos. J'exerce la profession de préparateur mental (Dîplome de pscho du sport) et préparateur physique. Ce qui t'arrive est effectivement une forme de dépression liée à la prtique sportive mais surtout au sens que tu lui donne. Tu es le seul décisionnaire de tes engagements et ceux ci doivent s'inscrirent dans une quête de sens. Sinon tu risque de banaliser tes actes au risque de ne plus savoir pourquoi tu les accomplis. Rajoutes à cela une fatigue physique intense voir monumentale et tu exploses. Il convient maintenant comme d'autres te l'ont dis précédement de retrouver du plaisir dans l'accomplissement de tes actes. Car sans plaisir la notion de sport n'existe pas, même si l'on se fait énormément souffrire dans ce genre d'épreuve c'est avant tout un plaisir d'y prendre part. J'ai moi même terminer le trail l'année dernière avec une entorse grave que j'ai traînée sur 112 KMS j'ai mis 6 mois à m'en remettre, mais mon projet suivant s'était déjà insinué dans mon esprit. Respecter mon corps en faisant cette année le CCC plutôt que l'UTMB et surtout faire profiter ma compagne de cette aventure. Car c'est une aventure humaine incroyable que seul ceux qui y ont pris part peuvent comprendre. Ta dépression n'est pas la cause de la course mais la résultante de la pression que "Tu" t'es mis sur cette épreuve. Il convient peut être d'aborder tes objectifs sous un angle plus personnel. Qu'est ce que JE recherche, qu'ai je à prouver, que suis je venu chercher.....Et puis c'est notre sel notre chantilly sur des quotidiens pas toujours drôle alors sortir de l'ordinaire en faisant de temps en temps quelque chose d'extraordinaire apporte des satisfactions peu commune. A titre indicatif un coureur que je préparais l'année dernière avait pour objectif perdre du poids ????? Un jour il m'a dit voilà j'habite en région parisienne j'ai 12 KGS de trps mais j'ai pas le mental pour faire du sport en salle et faire un régime par contre j'aimerai me servir de cet objectif (l'UTMB) pour perdre du poids .....c'était son objectif sa motivation et la sienne seule il n'avait d'autre ambition. C'est sain et cela lui a permis de trouver les ressources en lui pour accomplir cette aventure sans se prendre la tête mais en conscience. Tu vois tout est toujours dan la construction de ton objectif il doir s'inscrire dans une démarche cohérente que l'on appelle "SMART" : "spécifique" mon objectif correspond il à ma recherche (sens, force, endurance, mental, plaisir, curiosité....) mesuré mon objectif est il à ma portée (suis je capable, motivé, en forme, ....) "adapté" mon objectif correspond il a mes attentes et mes capacités ainsi qu'à mes moyens (forme physique, moyens techniques, connaissances.....) "réaliste" ais je le temps de me préparer, en ais je les moyens, je le veux vraiment....."timmé", ais je le temps de me préparer quand comment ais je le temps de récupérer... voilà quelques conseils tu peux aussi aller voir mon site www.dominiquesimoncini.com c'est gratuiot et dans le blog je donnes des conseils et des infos régulièrement à vendredi au départ Dossard 5660 dominique


Re : attention à vous - 21/08/2007 ; 17:25
      Auteur : Vieux Loup {The coach}
merci à toi Dominique...je pense que j'ai soulevé un lièvre et que certains se reconnaitront ... je vais méditer à tout ça ... mon statut d'entraîneur FFA ne m'épargne pas.... ne dit-on pas, c'est les coordonniers les plus mal chaussés ?
faites ce que je dis, pas ce que je fais ?... Mais je ne serais pas à Cham vendredi, seuls 4 de mes compagnons de club y seront... Je leur souhaite d'ailleurs bonnes chance et bonne course...


Re : attention à vous - 21/08/2007 ; 18:55
      Auteur : la galipote
Moi , en début d'année 2007 , j'avais décidé de lever le pied sur mon boulot , celà m'aurait , entr'autres choses, dégager plus de temps pour m'entraîner..............
.................... et patatrak et pataboum de concert ..............................................
...................... vlà pas que l'autre agîté du bocal , commentateur du tour de France
........................ me dît qu'il faut travailler plus pour faire repeindre le yacht...........
............ Suspens insoutenable : quelle décision prendre si j'abandonne à l'UTMB
pour la 4ème fois ????? AH oui ! j'ai entendu ! fermer ma gueule ...........................
Merci les copains !


Re : attention เ vous - 21/08/2007 ; 23:27
      Auteur : manu26 {http://www.kikourou.net/recits/recit-1834-ultra_trail_du_mont_blanc-2006-par-manu26.html}
Salut Vieux loup et les autres,
j'ai lu l'autre jour un article intéressant dans l'avant dernier "journal des psychologues" concernant les sports de type ultratrail.
D'emblée, le débat est situé dans le champ du rapport à la limite.
Cette limite que l'on est censé intégrer dans les toutes premières années de la vie, sous peine de ne jamais ensuite arriver à faire le deuil de l'omnipotence dont tout bébé rêve.
Lorsque ce renoncement ne se fait pas (ou se fait mal), l'individu va mettre en place un idéal du moi très élevé; Une quête du Graal. On arrive vite à notre discipline chérie n'est-ce pas ?
A propos de ce nécessaire deuil de l'omnipotence l'article pose la question suivante: "Dans quelles mesure les personnes en quête de situations extrêmes ne refusent-elles pas le refoulement inhérent à ce processus ?"
Concernant ces activités extrêmes, les chercheurs parlent d'une "soumission au monde pulsionnel". 
Si j'ai bien compris, c'est comme si, à la loi des hommes -tellement "naze et banale", le coureur substituait une soumission à l'ordre pulsionnel; "seul les limites de mon corps, ou des limites climatiques par exemple, peuvent avoir raison de moi".
C'est encore une forme de refus de l'autorité Humaine. L'Autre n'a rien à m'imposer, seules les limites de mon corps (l'article dit même "de la mort") comptent. 
En somme c'est un bon compromis: une partie de moi accepte quand même de se soumettre , mais l'autre continue à nier indirectement la loi des hommes.
Le problème peut survenir lorsque l'activité qui nous narcissisait (au sens identitaire, c'est à dire qui nous remplissait) nous joue un vilain tour : surentrainement, jambe cassée, maladie, etc.... Surtout si cette activité était centrale dans notre vie.
Le risque alors, c'est l'effondrement. C'est à dire la dépression.
C'est l'avis de chercheurs de Lyon II. Pour me reconnaitre un peu dans ce profil et travailler sur moi par ailleurs, j'y adhère assez.
Je pense qu'il ne faut pas que l'ultra soit le pole central de notre activité. Sinon, il y a dépendance exclusive. Et donc danger.
Mais la vie est belle. Pleine de copains. Pleine de joies. Pleine de... courses, pleine de linge pendu aux fenêtres, pleins de barbecue...
Vieux Loup, je te souhaite de trouver la patience de revenir tout neuf et plus tranquille.
manu26.



Re : attention à vous - 22/08/2007 ; 10:41
      Auteur : Farid
Dommage ce qui t'arrive mais il ne faudrait justement pas trop se prendre la tête ! Il est normal que l'on ait des coups de mou de temps en temps, on est pas des superman ! De quoi on parle au juste : de course à pied et de sport en général. Donc une activité dont on a besoin mais qui n'est pas vitale en soi ! Conclusion : en dehors de pros qui courent, shootent, roulent, etc... pour payer leur pitance (et leur Ferrari), pour tous les autres, nous autres, ça doit rester un moment de liberté et de pur plaisir = je choisis de courir. Alors oui, le surentrainement peut conduire à des blessures mais il faudrait peut-être chercher ailleurs ton mal de vivre. Le trail ne t'a pas trop mal réussi jusqu'à présent, il n'y a pas de raison que ça stoppe. Alors réduit l'entrainement, fait d'autres activités le temps de et botte-toi le cul !
Au plaisir de se retrouver sur le 2008.


Re : attention à vous - 22/08/2007 ; 13:13
      Auteur : à la page {(et à la bonne)}
C'est dommage que tu ne soit pas à la Charme, toi vieux loup tu aurais monopolisé tous les patous de la cote.
En réponse d'un post dito.


Re : attention à vous - 22/08/2007 ; 14:01
      Auteur : vince
Je souscris à pas mal de choses qui ont été dites mais pas à tout. En particulier, je lis ici ou là : "lève le pied, ce n'est pas grave, la course à pied ce n'est pas vital..." Non effectivement, c'est moins grave que de se retrouver à la rue sans un sous pour manger. Mais, sans vouloir faire de la psycho à 2 euros, je crois que l'homme est ainsi fait qu'il a besoin de choses importantes pour le faire avancer. Et une fois que la subsistance est assurée, ben le reste, le "superflu", devient justement fondamental. Je crois qu'on sous-estime l'importance presque vitale que le sport peut alors prendre. Et dans ces conditions, une rupture (pour cause physiologique, de fatigue ou de blessure) devient insurmontable, au même titre qu'un chagrin amoureux : essayer de dire à un ado (ou à un plus vieux) qui vient de se faire larguer que c'est pa grave qu'il en trouvera une autre... pour lui c'est FONDAMENTAL et lui dire souffle un peu et ça ira mieux n'aura pas d'effet, sinon d'augmenter encore son sentiment d'être incompris.
La dépression n'est pas facile à gérer, mais c'est aussi une occasion (un peu forcée, il faut bien le reconnaitre) de se poser certaines questions qu'on ne risque pas à poser en temps normal, quand tout va bien...
Perso, après une préparation du tonnerre et des sensations très bonnes, j'ai eu un gros coup de bambou sur le TGV (fatigue, surentraienement, altitude... peu importe), suivi d'une bonne petite dépression. Résultat, j'ai décidé de ne pas prendre le départ cette année, parce que ce n'était pas ce dont j'avais envie, les raisons qui m'avaient poussées à m'inscrire et m'entraîner n'étaient pas les bonnes...
Donc Vieux loup, prends le temps de t'occuper de toi et de ce qui t'arrive en ce moment. Peut être ce problème post-UTMB n'est il que le symptome d'un mal plus profond. Il y a des personnes dont le métier est de te fournir une aide (médecin généraliste, psychothéapeutes, psychanalystes), mais plus pour comprendre ce qui se passe que de simplement supprimer la douleur. Ca peut prendre du temps, des années... mais rien n'est impossible pour un coureur d'ultra smile
Bon courage pour cette autre cheminement... (qui vaut tous les UTMB du monde à mon avis, même s'il n'y a aucun photographe à l'arrivée smile )
Vince 
PS : Un livre que je peux te conseiller : L'expérience dépressive d'Yves Prigent. Assez abordable tout en étant techniquement juste et précis. Où il est justement question de ce rôle positif que peux jouer la dépression...
PS pour Manu26 : peux-tu donner les références précises de l'article dont tu parles, je n'ai pas résusi à trouver sur leur site. Merci (zgurl@free.fr)


Re : attention à vous - 22/08/2007 ; 19:52
      Auteur : Tartine
Cher vieux loup, 
Que tu affiches dès les premiers mots tes performances semble démontrer l'importance que tu accordes à celles-ci (bravo en tous cas) et apporte donc des éléments de réponse à ce qui a pu très justement être mentionné dans les divers posts constructifs qui ont suivi. Pourquoi cours-tu ? Et, par extension, cela pousse à se demander "quels sont mes moteurs dans la vie ?"... 
Le besoin de reconnaissance tient ici une place centrale (cf. le développement passionnat de JFF), bien évidemment à rapprocher du concept d'omnipotence (Cf. l'article lu par Manu) ou, plus généralement, du narcissisme.
Ces sentiments sont présents en chacun de nous et on doit travailler autour d'eux sans relâche, parfois toute sa vie, avant de trouver de paix intérieure.
A cet égard, je trouve que le sport est un moyen de recherche très intéressant : non seulement on peut explorer ses limites physiques, mais on est confronté à toutes sortes d'émotions qu'il faut apprendre à gérer : le doute, la peur, la confrontationà l'autre, la satisfacion, la déception, la douleur, la détermination, l'euphorie parfois etc ...
Ce n'est pas un hasard, donc, si, dans notre société qui laisse de moins en moins de place pour s'exprimer, où on a du mal à trouver des repères, les trails, les sports extrèmes connaissent un tel engouement.
A l'issue de l'entrainement, l'épreuve en elle même devient non seulement un aboutissement, mais, pour celui qui sait être attentif, se change en un voyage intérieur.
Il est possible que tu sois passé à côté de ce voyage. Ou plutôt, tu en as subi des conséquences néfastes, car tu n'as peut-être pas pris conscience de ce qui se passait en profondeur chez toi. De par sa nature extrème, l'UTMB a été une forme de révélateur, d'amplificateur. En soi, cela est plutôt positif : tu peux y voir une évolution de ta perception de la vie, de TA vie par rapport au monde qui t'entoure.
A toi de cerner de quoi il s'agit, de regarder tout ça bien en face, de l'accueillir puis de régler ce que tu as identifié comme douloureux.
Bon je ne suis pas psy, alors relativise mes paroles, mais j'ai bcp observé, depuis toujours, les effets du sport sur moi. Plus récemment, le CCC 2006 m'a beaucoup apporté. Peut-être parce que i) mon objectif était mesuré ("aller au bout") et que ii) je m'étais préparé non seulement physiquement mais surtout mentalement. J'avais décidé de profiter du moment : regarder la montagne, sourire aux bénévoles, discuter avec les compagnons de voyage, écouter le rythme de mon souffle, communier avec ce magnifique public etc ... Et j'avoue que ce fut génial ! Oh ! il a fallu combattre le démon de l'orgueil durant la course ... quand on a passé Bovine et tseppes ... facile de se dire .. ha .. si j'avais fait ci ou ça, j'aurais pu être mieux classé ... faire un meilleur temps ..." 
Mais je dois dire que j'ai été heureux pendant cette course. Et après aussi. Plusieurs mois durant. Etrangement, ce qui m'a attristé depuis, c'est Sierre-Zinal ... pas d'ambiance, un effort court et sec, et même pas un t-shirt offert !
Bon ensuite c'est vrai qu'il faut gérer le physique et le mental sur la durée. Ne pas trop "tirer sur la bête". Le concept d'une année sur deux est intéressant. Et d'ailleurs lorsqû'on étudie les performances des athlètes de haut niveaux (non dopés !...) sur la durée, on constate ces cycles de performances.
Je crois que la clef réside dans la conscience. De ce qui se passe, de soi, de son environnement. Etre attentif, écouter, accepter les messages envoyés (y compris par son corps). Savoir "lâcher prise".
On parle aujourd'hui beaucoup de "plaisir". Je ne suis pas sur que cela suffisse.
Mais cela est un autre débat ...


Re : attention เ vous - 22/08/2007 ; 23:03
      Auteur : manu26 {http://www.kikourou.net/recits/recit-1834-ultra_trail_du_mont_blanc-2006-par-manu26.html}
Bonsoir,
pour Vince et ceux qui peuvent être intéressés par l'article auquel je faisais référence plus haut:
"Le sport en conditions extrêmes" de Marc CLEMENT et Raphaël MASSARELLI
Le Journal des psychologues. N°248 de Juin 2007. Pages 73 à 75.
Bonne course
manu



Re : attention à vous - 23/08/2007 ; 09:43
      Auteur : Vieux Loup {The coach}
en tout cas, merci à vous tous et bonne course pour demain.... je vous suivrai sur les différents médias ..... bon courage à toute l'équipe Accrorun de villepreux 78 et à tous les autres


Re : attention à vous - 23/08/2007 ; 16:26
      Auteur : jeff13 {carpe diem}
Salut vx loup et les autres
Je retrouve pas mal de choses qui me concernent dans vos ecrits, sur lesquelles je n'avais pas réellement mis de mots.
Le terme de dépression me semble très fort, car il me semblait justement que la cap permettait de lutter contre les moyennes et (grosses) déprimes (passagéres ?).
Jai 47 ans et je courre depuis 27 ans, j'ai terminé qqs 100 bornes, des trails, il ny a que sur l'utmb que j'ai échoué (3 fois, je fais partie du club), la premiere par exces d'orgueil (100 kms en 10 h, alors 158 en 25 trop facile) et les deux autres fois par manque d'entrainement qui a entrainé un mal aux genoux.
Effectivement depuis, je ne pense qu'a revenir terminer cette course. Pourquoi, alors que d'autres existent ou on peut souffrir pareillement, ou les paysages sont beaux, l'organisation parfaite.
Besoin de reconnaissance bien sur (meme si c'est impossible a expliquer réellement), fabrique à souvenirs dans une existence pas toujours sympa ou l'équilibre personnel et l'accomplissement qui va avec se heurtent toujours aux autres (l'enfer c'est les autres), rapport avec la souffrance un peu trouble (courir pour le plaisir est devenu mon credo mais je ne peux m'empecher de participer a des epreuves ou la souffrance est quasi obligatoire).
Du coup on tombe dans le toujours plus : utmb = encore plus de kilo encore plus de dénivellé, alors après que va t on faire ?
La est peut etre une piste pour toi vx loup, (pour moi faudrait dabord que je termine mais je pense que si ca arrive j'en serai au meme point).
Si les médicaments peuvent t'aider tant mieux, pour ma part j'évite les médecins comme la peste.
Quand j'en ai marre de courir je coupe six mois et j'essaie de faire autre chose, d'abord beaucoup de repos et puis des activités soit intellos (lecture jeu vidéo photo musique etc...) par contre je ne lache pas le sport car comme je suis plutot biere, rosé et gateaux, je grossis très vite et là je déprime vraiment.
En fonction du lieu ou tu habites, soit un sport alternatif, escalade grandes voies (certaines ne demandent pas de grand niveau technique), un peu de vélo, natation (vite chiant), kayak de mer, aprés c'est évidemment aussi en fonction des gouts et des moyens financiers ainsi que de la dispo familiale et professionnelle.
Pas facile tout ça.
Pour ma part le chemin de st jacques de compostelle sera ma thérapie (a la retraite .... mais jespere avant).
La cap est une drogue dont il faut se servir le plus longtemps possible, (l'euphorie est immense a l'arrivée d'une course lonque distance, mais la descente n'est pas toujours facile à gérer).
J'ai du mal a savoir si ma motivation est saine (cf jffcantal) et je sais que bien sur a un moment ou a un autre (surtout l'age avançant) on a besoin de se prouver qqe chose, on peut certainement le faire d'une autre façon que l'ultra cap, ça reste malgré tout accessible (sauter en parachute d'une montgolfiere a 12000 metres d'altitude n'est pas facile a organiser).
Depuis qqes tps je ne me donne plus d'objectif dans une course (hormis celui de finir dans les temps), c'est beaucoup plus serein et je cours uniquement a la sensation (idem à l'entrainement).
Bon courage à tous, le bonheur est au bout du sentier, dans la brise du matin, dans la senteur des sous bois, il n'est pas facile a touver mais il est là, soyez en sur.
Carpe diem.



Re : attention à vous - 23/08/2007 ; 17:26
      Auteur : fredumidi {sherpa de Babar}
don't worry vieux loup, ça va revenir.
j'ai également fait une année correcte en 2006 (marathon des sables, nombreux ultras et utmb) et depuis l'utmb j'ai dû faire 20 sorties pas plus.
Attention je ne suis pas dégoûté, juste l'envie de faire autre chose. En un an j'ai pas mal bricolé, fait d'autres sports, de la musique, un bébé et un peu de course à pied avec des amis novices désireux de s'initier.
Tout ça pour dire que je crois qu'on a besoin de souffler, de s'oxygéner les neurones en pratiquant d'autres activités. Je ne crois pas que ce soit un dégoût de la course à pied. 
Laisse toi le temps de bien digérer tout ça et tu reviendras avec le sourire.


Re : attention à vous - 28/08/2007 ; 01:11
      Auteur : Vieux Loup {The coach}
un grand bravo à Charly, Kaled, Claude et Pascal d'Accrorun Villepreux pour leur effort !!! 4 gars envoyés du club cette année et 100% de finishers !!!
L'entraîneur ne doit pas être mauvais ;-)))
http://accrorunvillepreux.free.fr


l' esprit n'a de limite que celle qu'il s'impose...
Moi, je connais les miennes, c'est pour cela que je vais au delà wink
Pascal

Hors ligne

 

#2 28-08-2007 13:01:24

Yoh4nn
Centbornard
Lieu: Villepreux
Date d'inscription: 04-10-2006
Messages: 104

Re: extrait du forum UTMB ; ça pourrait vous servir, à lire attentivement

Tout d'abord un grand bravo aux accrorunners pour l'UTMB.
je partage les avis qui ont été donnés précédemment à propos de la perte de motivation de notre coach. M ais je tiens aussi à rajouter une petite chose : il faut savoir que les anti-dépresseurs anihilent toute envie quelle qu'elle soit. Cet effet des médicaments a peut_être accentué la perte de motivation, que l'on ressent ensuite encore plus fort et plus envahissante.
C'est pourquoi je tiens à ce que tu saches que ce sera un véritable plaisir pour moi quand tu reviendras courir avec nous et que le soutien et le sport avec ses amis peut redonner goût à l'effort( comme il a déjà été dit avant)
si tu le peux, suis ces sages conseils que te donnent tant de passionnés, en gardant à l'esprit que tu n'es pas le seul et que ce qui t'arrive est normal et absolumen pas irréversible, tout dépend de toi...

PS: j'ai bien fait de te laisser gagner à notre dernier sprint sur 100 mètres car je redoutes qu'une victoire de ma part ne t'aie encore plus dégouté du sport...wink
si tu ne reviens pas, je n'aurai plus d'adversaire à ma taille!!! hmm

Dernière modification par Yoh4nn (28-08-2007 13:02:06)


Ta gueule et cours  !!!

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.17
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr